Un Romain au quotidien

Rédigé par Administrateur - - 3 commentaires

Matériel : Les élèves qui possèdent un dictionnaire de latin et/ou une grammaire latine peuvent l’apporter. Les textes analysés seront distribués sur photocopies au cours. Il est nécessaire de se munir de matériel pour prendre note. Une bibliographie de base concernant le sujet du cours sera présentée lors de la leçon d’introduction. Les ouvrages qui y seront cités le sont à titre informatif. Les élèves ne devront pas se le procurer afin de suivre le cours.

Niveau : pas nécessaire de connaître parfaitement le latin pour suivre le cours. Nous allons travailler sur des textes dont la traduction apparaît en vis-à-vis. 

Thème : Le thème de cette session 2014 sera la vie quotidienne dans la Rome antique. Notre point de départ sera l’analyse de quelques textes de Catulle : les deux poèmes dits « du moineau », les poèmes dits « des baisers » et l’épithalame (poème laudatif offert à des époux) sur le mariage. A travers leur analyse, nous découvrirons un genre littéraire très apprécié à Rome : l’élégie. Cela nous entraînera à aborder la thématique des genres littéraires à Rome : influence de la Grèce et notamment de la poétesse Sappho, la différence entre histoire et historiographie, la comédie et l’art théâtral… Ensuite, nous aborderons les thèmes évoqués par Catulle. Ils nous permettrons de mieux comprendre les différentes facettes de la société romaine : la place de la femme, les événements familiaux, la religion (panthéon, organisation, rites…), la superstition et la vie quotidienne (animaux domestiques, la mort, le foyer…). Pour conclure, nous aborderons un reflet de la vie populaire en traitant quelques documents épigraphiques sur le plan artistiques . Leurs textes seront dotés d’une traduction mais analysés du point de vue graphique.

archéologie et textes bibliques : identifications Traditionnelles et nouvelles recherches sur le terrain

Rédigé par Administrateur - - 1 commentaire

Le cours examinera, dans une perspective diachronique, l’histoire de la recherche en archéologie biblique des origines à nos jours. Ainsi, seront examinées et évaluées les différentes illustrations archéologiques autrefois proposées – et aujourd’hui en grande partie abandonnées – pour l’Exode, la Conquête et la période des Juges. Dans un deuxième temps, les illustrations archéologiques et épigraphiques relatives à la monarchie judéenne et israélite du 9è siècle jusqu’à l’exil babylonien seront présentées. Le cas particulier de la monarchie unifiée de Saül, David et Salomon, sujet d’intenses débats depuis quinze ans, sera présenté en détails, avec une confrontation critique des arguments présentés par les différentes écoles. Finalement, les données issues des fouilles actuelles de Khirbet Qeiyafa, site fortifié de la Shephela judéenne, seront présentées en détail, ainsi que leurs implications dans le débat actuel sur l’émergence de l’état judéen à l’aube du second âge du fer.

Introduction à l’hébreu biblique

Rédigé par Administrateur - - 6 commentaires

Au terme des deux semaines, l'étudiant aura acquis une autonomie de lecture du texte hébraïque (familiarisation de l'alphabet et du système vocalique) ainsi qu'une vue complète du fonctionnement de la grammaire et de la syntaxe qui lui permettra de lire et comprendre un texte simple.

Langue et civilisation akkadienne

Rédigé par Administrateur - - 2 commentaires

L’akkadien, appellation générale désignant les dialectes babylonien et assyrien, est une langue fascinante de par son ancienneté et son écriture complexe. Utilisant le système cunéiforme inventé par les Sumériens, elle a été gravée sur des tablettes d’argile durant plus de 3000 ans. Une somme impressionnante de textes nous livre aujourd’hui des témoignages sur la vie quotidienne, économique, juridique ou religieuse des Babyloniens et des Assyriens.

Le niveau intermédiaire - ou niveau 2 - se consacre à l’étude du système verbal des verbes forts en s’appuyant ce qui a été étudié précédemment et complète la connaissance de l’écriture cunéiforme. Comme en niveau 1, des exercices de version, de thème et l’étude des quelques textes en cunéiforme seront l’occasion de mettre en pratique les acquis théoriques et de s’essayer au travail de l’assyriologue. Une connaissance du système nominal et prépositionnel de l’akkadien est nécessaire pour suivre ce cours.

Le cours sera agrémenté par une partie consacrée à la civilisation mésopotamienne afin de mieux faire connaissance tant avec la langue elle-même qu’avec ceux qui nous en ont laissé les vestiges.

Religion égyptienne: les hiéroglyphes et la parole divine

Rédigé par Administrateur - - 4 commentaires

Les Grecs ont donné à l'écriture monumentale égyptienne le nom de "hiéroglyphe", ce qui est sacré et gravé. Les Egyptiens eux-mêmes nommaient cette écriture 'medou netcher", paroles de dieux. Cette écriture est l'apanage d'un nombre très restreint de savants, liés au pouvoir. Ces prêtres, héritiers du dieu Thot, savaient manier cette "écriture divine", qui, puisqu'elle était d'origine divine, disait la vérité. Le cours vise à montrer par des exemples comment ces hiérogrammates ont construit leurs textes, les ont associés à une iconographie et à une architecture pour produire un discours de vérité. Nous partirons de l'Egypte, et chercherons à comprendre pourquoi les Anciens ont été fascinés par cette capacité de dire le vrai, tout en mettant en évidence l'idéologie que soutient cette pratique.

Aucune connaissance de la grammaire égyptienne n'est demandée.

Fil Rss des articles de cette catégorie